• Facebook
  • Twitter
  • Instagram

Kailha, DIPLÔMÉ COLLÉGIAL ET UNIVERSITAIRE

« J'ai reçu mon diagnostic de trouble d'apprentissage en 2e année. J'avais des troubles en lecture, écriture, mathématiques ainsi que des déficits de mémoire et d'attention (tous problématiques à l'école). J'ai maintenant 33 ans et j'ai réussi à obtenir mon diplôme du secondaire, mon diplôme du Collège St. Lawrence, j'ai réussi 3 années d'études à l'université Queen's, j'ai obtenu mon diplôme de premier cycle à l'université Ryerson grâce au Programme d'aide aux étudiants handicapés et je viens tout juste d'obtenir mon diplôme d'études supérieures en tant que spécialiste en matière de troubles d'apprentissage au Collège Cambrian. Au cours de mes années d'expérience, j'ai vécu différentes transitions lors de mon parcours postsecondaire.

Pendant mon secondaire, je savais en général ce que je voulais faire dans la vie. Je voulais soutenir les personnes handicapées et les aider à réussir leurs études et à réaliser leurs rêves. Alors que j'étais à ma dernière année de secondaire et qu'on offrait toujours la 13e année (CPO), j'en ai profité pour suivre des cours additionnels afin de faire grimper mes notes. J'ai travaillé dur tout au long de mon secondaire et j'obtenais des notes moyennes. L'aide dont j'avais besoin n'était pas toujours disponible et les fois où j'obtenais de l'aide relevaient du bon vouloir de mes professeurs qui m'offraient de leur temps et qui tenaient à ce que je réussisse mes études. Sinon, tout dépendait de mes longues nuits d'étude, des tuteurs que ma mère prenait l'été pour m'aider à me préparer pour l'année à venir.

Malgré tout ça, j'aimais toujours l'école et j'avais hâte d'entreprendre mes études postsecondaires. J'étais heureuse d'entreprendre une toute nouvelle étape scolaire. Par contre, j'étais terrifiée à l'idée de me retrouver dans un nouvel environnement scolaire et de ne pas savoir si les outils nécessaires pour m'aider allaient être en place. Heureusement, j'avais ma mère qui veillait à mes besoins et j'avais une enseignante-ressource exceptionnelle pendant ma dernière année qui m'a aidée à me préparer à franchir cette nouvelle étape. Ma mère m'a appris à me battre pour mes mesures d'adaptation et elle m'a fait comprendre que je devais demander l'aide nécessaire quand j'avais des difficultés. J'ai donc pris rendez-vous avec les services d'accessibilité du Collège St. Lawrence à l'été avant de commencer ma première année d'études afin de m'assurer que les mesures d'adaptation requises seraient en place à mon arrivée. J'avais même prévu les options et les aides particulières dans mon ordinateur ainsi que la technologie dont j'avais besoin pour réussir. 

Je pense que ce qui me distinguait d'autres étudiants handicapés c'était ma façon de prévoir et d'être bien préparée. Mais tout le monde est en mesure de bien se préparer et d'entreprendre les démarches nécessaires. Il suffit de faire ses recherches et sa préparation à l'avance et de consulter les bonnes personnes qui sauront vous guider, soit un parent, un professeur ou un ami. Malgré mes nombreux préparatifs, je n'étais pas habituée à lutter seule pour mes droits. Ceci me posait un défi parfois. J'ai décidé dès le début que même si je n'avais aucune obligation de révéler mon handicap à mes professeurs, j'allais réussir à obtenir davantage l'aide dont j'avais besoin pour réussir si je leur expliquais d'emblée mon trouble d'apprentissage. La plupart des professeurs étaient très ouverts et réceptifs et m'offraient le soutien qu'il me fallait. Certains disaient même qu'ils allaient aider tous les étudiants qui avaient des difficultés. Même si certains profs n'étaient pas toujours réceptifs, j'avais tout de même accès aux mesures d'adaptation précisées dans mes lettres de recommandation, mais dans certains cas, ils n'allaient pas au-delà des recommandations pour m'aider.

Tant au Collège St. Lawrence qu'à l'université Queen's, j'ai appris à me connaitre et à m'affirmer dans mes besoins en matière d'apprentissage. Il est primordial de toujours poser des questions et demander de l'aide, car les gens ne pourront pas deviner que vous en avez besoin. 

Mon prochain grand défi : la transition vers les cours en ligne dans le cadre de mon BA en étude de la condition des personnes handicapées et de mon diplôme d'études supérieures en troubles d'apprentissage au Collège Cambrian. Comme je n'étais pas sur place, ni même dans la même province, les mesures d'adaptation auxquelles j'avais recours précédemment n'y étaient plus. J'avais tout de même le soutien des profs en ligne, les mesures d'adaptation et la technologie adaptée pour m'aider à maximiser l'expérience. Je sais que sans ma technologie d'assistance, je n'aurais pas réussi tout ce que j'ai accompli dans mes cours et je n'accomplirais pas les mêmes tâches au travail aujourd'hui.

Dans le cadre de mes dix années d'études et mes quatre transitions de programmes aux études postsecondaires et au travail, j'ai appris qu'il était primordial de défendre et comprendre mes droits. Malgré le fait que le soutien et les mesures d'adaptation varient selon les cas, chaque expérience dépend de votre capacité à déterminer quels sont vos besoins et comment obtenir du soutien, être résilient et savoir demander de l'aide.

Au secondaire, plusieurs années passées, on m'a dit que je n'allais jamais pouvoir réussir mes cours à l'université en raison de mes difficultés d'apprentissage. Aujourd'hui, je pense à mon parcours et je suis tellement fière de mes accomplissements. Mes années n'ont pas toujours été faciles et j'ai connu bien des moments durant lesquels je voulais tout abandonner. Par contre, je repensais toujours à mes objectifs, à mes rêves et au fait que j'ai le droit à mon éducation, peu importe mes difficultés d'apprentissage. De plus, je savais que je voulais aider d'autres étudiants qui vivaient les mêmes difficultés que moi et qui tenaient à réussir leurs études. Mon plus grand espoir est de pouvoir les aider à cheminer et à accepter qu'ils apprennent différemment en raison de leur trouble d'apprentissage. Je veux offrir des services de soutien exceptionnels aux étudiants et aux parents. Nous apprenons tous différemment. Il suffit de l'accepter! Posez des questions et défendez vos droits!

Je travaille maintenant à titre de spécialiste en matière de troubles d'apprentissage et de technologie d'assistance à Neil Squire Society ainsi qu'en tant qu'officier de réserve dans les Forces armées canadiennes à titre de commandante divisionnaire au corps des cadets au N.-B. J'enseigne également le patin artistique, mon mari et moi accueillons des enfants en tant que famille d'accueil en plus d'avoir un charmant petit garçon de 10 ans. »

 - Kailha Winter